Chers lecteurs, aujourd’hui je vais vous raconter la belle histoire de Katy Castellucci, une fille de la province qui a su se frayer un chemin dans le monde artistique des avant-gardes romaines.

Elle est née en 1905 dans la province de Côme. Très jeune elle s’installe à Rome, puis à Paris où, dès 1927, elle participe à la fameuse «Pantomime Futuriste» dirigée par Enrico Prampolini au Théâtre de la Madeleine.

Dès son retour à Rome, elle a la chance de rencontrer des protagonistes de ce qui deviendra la célèbre École romaine.

Avec Mario Mafai et sa compagne Antonietta Raphaël, et Alberto Ziveri, Francesco Trombadori et Pericle Fazzini, elle fait partie intégrante de cette aventure artistique qui marquera profondément le panorama culturel italien et pas seulement.

Comme nous le montre cette superbe exposition, Katy Castellucci aimait beaucoup faire des portraits, mais aussi des autoportraits.

Mais la vraie surprise est le changement radical de son style à partir des années 1950, lorsqu’elle s’ouvre aux nouveaux courants informels et abstraits, et expose quatre tableaux à la VIe Quadriennale d’Art de Rome.

Nous commençons par un tableau tout à fait étonnant, datant de 1950, intitulé « Abstrait turquoise.

Ce tableau anticipe incroyablement le style des artistes chinois tant en vogue actuellement (et vendus à des prix astronomiques).

Nous continuons avec des collages fascinants et suggestifs, et une magnifique et très abstraite « Vue de Rome », de 1955.

La fin est, comme on dit, l’apothéose, avec les « Abstraits géométriques » du début des années 1960, mais surtout les œuvres réalisées sur soie, qui terminent en beauté ce parcours artistique.

Une exposition à ne pas manquer.

Une belle exposition, qui présente le travail de l’artiste Katy Castellucci en suivant attentivement l’évolution de sa carrière artistique.