Bertina Lopes

Bertina Lopes (1924 –2012)

Elle est considérée comme l’initiatrice de l’art contemporain africain.

Origines et études

Bertina Lopes est née à Maputo, au Mozambique, en 1924, d’une mère mozambicaine et d’un père portugais.

Elle suit des cours de peinture à Lisbonne et à l’Académie des Beaux-Arts. Elle est en contact avec des peintres célèbres.

Elle retourne au Mozambique en 1953 où elle enseigne la peinture et le dessin dans une école technique pour filles. Elle expose pour la première fois au Mozambique en 1956. Elle épouse le poète et journaliste Virgilio de Lemos. Ils auront deux enfants.

En 1961, elle doit quitter le Mozambique pour des raisons politiques ; elle bénéficie d’une bourse de la Fondation Calouste Gulbenkian.

La dernière apparition publique de Bertina Lopes a eu lieu à la Biennale de Venise en 2011.

Bertina Lopes à Rome

En 1963, elle s’installe à Rome.

Elle y fréquente des artistes et des intellectuels tels que Carlo Levi, Marini Marini, Emilio Greco, Renato Guttuso, Franco Gentilini et Lorenzo Guerrini.

En 1965, elle épouse en secondes noces Francesco Confaloni et s’installe définitivement à Rome.

Rome accueille Bertina Lopes

La Rome de cette époque diffère à bien des égards de la ville d’aujourd’hui. Il y avait très peu d’artistes non européens et Bertina Lopes était peut-être la seule artiste africaine présente à cette époque. Sa biographie témoigne des difficultés qu’elle a rencontrées pour faire reconnaître son travail, en particulier ses œuvres abstraites. Elle ne sera d’ailleurs jamais représentée par une galerie.

Elle expose pour la première fois en Italie à la galerie Astrolabe de Rome en 1970, présentée par le critique et journaliste Marcello Venturoli.

Enrico Crispolti, Simonetta Lux, Nello Ponente et Dario Micacchi présenteront Bertina Lopes dans les galeries de Venise.

Elle participe à  de nombreuses expositions personnelles et collectives en Italie et à l’étranger (Espagne, Portugal, Mozambique, Angola, Cap-Vert, Arabie Saoudite, Allemagne, Grande-Bretagne, Cuba, Suède, Finlande, États-Unis).

Prix

1975 Corfou Premier prix international de peinture

1988 Grand Prix d’Honneur de l’Union européenne des critiques d’art

1991 Lauréate du Prix mondial de la Rachel Carson Memorial Foundation de New York à l’Institut de la culture africaine de Rome pour ses mérites artistiques et humanitaires

1992 Rome Chambre du Cénacle Prix international La Pléiade pour l’art

 

Les Expositions de Bertina Lopes

1973 et 1979 Calouste Gulbenkian

1986 Rome, exposition anthologique au Palais de Venise de Rome 

1993 Lisbonne, exposition anthologique à la Fondation Calouste Gulbenkian

1996 Rome, exposition thématique de l’artiste à la FAO

2002 Rome, exposition anthologique au Palais de la Chancellerie apostolique

Distinctions et prix

1993 Lisbonne, elle est nommée Commandeur des arts par le président Mario Soarez.

Le prix international Beato Angelico pour l’Afrique lui est décerné à Rome.

La peinture

Sa peinture privilégie ses racines maternelles mozambicaines. Son œuvre artistique, comme celle de nombreux autres artistes de sa génération, est imprégnée de critique sociale et de nationalisme mozambicain.

Dans son travail artistique, ses peintures vives reflètent une double identité qui a toujours été le fil conducteur de son œuvre. Mélangeant les influences occidentales et les racines mozambicaines de sa mère, son utilisation originale et explosive des couleurs et des sujets a donné lieu à d’extraordinaires constructions abstraites, qu’elle a souvent combinées avec des matériaux de récupération pour établir progressivement sa propre identité en tant que peintre.

Son saisissant Totem (1979) en est un exemple frappant.

Mais les œuvres de Bertina Lopes présentées sur notre site  en témoignent également. Vois aussi une autre œuvre de Bertina Lopes.

À Rome, une exposition de l’œuvre de l’artiste se tient actuellement au Palazzo delle Civiltà.

Bertina Lopes Le chant de la nature Œuvre sur carton, au dos, dédicace, signature et date de l’artiste.